Lancement de l’enquête « Trans et transports »

berlin-630640_1920

En 2015, la FNAUT (Fédération Nationale des Associations d’Usagers des Transports) lançait une étude sur le harcèlement des femmes dans les transports en commun, via une large enquête par questionnaire. Cette enquête, assez complète et relativement inédite dans le domaine de l’assistance à l’action publique, ne permettait cependant pas de prendre en compte les particularités du harcèlement vécu tout d’abord par les femmes trans, ni par les personnes trans en général. En effet, le harcèlement dû à la non-conformité aux attentes liées à l’assignation à la naissance n’est pas pris en compte, le vécu des femmes trans n’est pas comparé à celui des femmes cisgenres, et l’enquête se focalise sur le harcèlement ayant pour origine les usagèr-e-s des transports en commun… tandis que de nombreux témoignages montrent que le harcèlement comprend également le harcèlement institutionnel. C’est particulièrement le cas pour les personnes trans, qui peuvent subir celui perpétré par les agent-e-s de la RATP, et notamment les contrôleuses/eurs et agent-e-s de sécurité, en raison par exemple de la non-conformité des papiers, des titres de transport et des cartes de réduction à l’apparence de la personne.

L’un des axes d’action fondateurs de FéminiCités est la recherche-action : les outils de la recherche sont des outils importants pour le militantisme, et nous souhaitons contribuer à leur réappropriation par les personnes concernées.  Nous avons donc lancé, en 2016, un projet visant à compléter l’étude de la FNAUT par une enquête traitant du harcèlement des personnes trans dans les transports. Les objectifs sont les suivants : mieux connaître le vécu des personnes trans dans les transports en commun et mettre à jour les enjeux liés à la mobilité des personnes trans, sensibiliser les usagèr-e-s et personnels des transports en commun ainsi que les organismes de gestion des transports et les élu-e-s des territoires concernés aux questions trans et aux enjeux spécifiques mis en lumière par l’enquête, accroître le savoir relatif aux conditions de vie des personnes trans, et donner la parole aux personnes concernées dans le cadre de la réalisation d’une enquête les concernant.

Après un an de travail, le questionnaire d’enquête est fin prêt. Toutes les personnes trans et non-binaires usagères des transports en commun en France sont invitées à y répondre.

Les données, collectées de manière totalement anonyme, seront traitées par l’association FéminiCités, ne seront pas rendues publiques et seront supprimées après publication des résultats (avant mars 2019). Les résultats de l’enquête seront publiés sous forme d’agrégats rendant impossible l’identification individuelle.

Si vous le souhaitez, vous pouvez toujours rejoindre l’équipe chargée de mener à bien ce projet, que vous soyez chercheur/se ou non, que vous soyez une personne transgenre, non-binaire ou cisgenre (sous réserve, évidemment, d’une attitude respectueuse envers les personnes concernées). Il vous suffit d’envoyer un mail à feminicites@gmail.com. Il y a énormément à faire : traitement des données issues du questionnaire, entretiens complémentaires, rédaction du rapport, mise en valeur graphique des résultats principaux… Quelques soient vos envies, il y a une place pour vous ! Les retours critiques sur l’enquête sont également les bienvenus car ils nous permettront de mieux interpréter les résultats. N’hésitez pas à les envoyer à la même adresse.

L’équipe du projet tient à remercier particulièrement toutes les personnes qui se sont investies dans le projet depuis sa création ; des membres de FéminiCités et des nombreuses associations avec lesquelles nous travaillons aux personnes nous ayant apporté une aide ponctuelle. Nous remercions également toute celles, celleux et ceux qui ont répondu à l’enquête.

Pour répondre à l’enquête, c’est par ici : https://framaforms.org/enquete-personnes-trans-et-transports-en-commun-1488717998

Publicités

Lancement de FéminiCités Lyon le 17 novembre : ne cédons pas face à la diffamation !

A Lyon, le 13 novembre 2017

 

Nous avons pris connaissance de diverses polémiques autour de notre événement de lancement de FéminiCités Lyon, qui aura lieu le vendredi 17 novembre à la Mairie du 1er arrondissement.

Ces polémiques ont d’abord concerné le choix de notre affiche, qui représente trois femmes. L’une d’entre elles porte un voile, ce qui a provoqué un débat malvenu sur la compatibilité du voile avec le féminisme.

Le féminisme que nous voulons porter est un féminisme par et pour tou.te.s. Les femmes musulmanes font partie des groupes sociaux les plus opprimés en France aujourd’hui, particulièrement dans l’espace public où les agressions islamophobes et sexistes (insultes, crachats, voiles arrachés…) sont quotidiennes. Nous luttons contre celles.ceux qui veulent imposer le voile aux femmes tout comme contre celles.ceux qui, dans une approche islamophobe et paternaliste, veulent les forcer à le retirer. Toutes les personnes subissant des oppressions de genre sont les bienvenues à FéminiCités, et c’est ce que représente notre affiche.

Ces polémiques concernent aussi l’atelier “Check tes privilèges” prévu lors de cette soirée, que nous avons déjà organisé à plusieurs reprises. La programmation de cet atelier nous vaut aujourd’hui des accusations d’antisémitisme, notamment de l’association “Vivre la République” qui, dans un communiqué du 9 novembre, s’appuie sur un document trouvé sur internet qui n’a rien à voir avec ce que propose notre association.

L’atelier “Check tes Privilèges” que nous organisons a vocation à faire prendre conscience à chacun.e des privilèges qu’il.elle peut avoir, comme des oppressions qu’il.elle subit. Il permet de susciter une discussion sur leurs impacts sur notre vie quotidienne. La participation à cet atelier est volontaire et anonyme.

FéminiCités dément formellement les accusations d’antisémitisme qui pèsent sur notre association. Ces allégations sont non seulement sans fondement (et pourraient, si FéminiCités décidait d’entamer les procédures nécessaires, tomber sous le coup de la loi) mais démontrent aussi l’utilité de notre démarche. En refusant d’opposer les oppressions dont souffrent les un.e.s et les autres, nous prenons en compte les oppressions structurelles – parmi lesquelles l’antisémitisme – dans leur globalité. Nous invitons les instigateur.trice.s de ces accusations, aussi graves qu’infondées, à réviser leur jugement et à participer à l’atelier du 17 novembre afin de se faire une opinion fondée sur des faits plutôt que sur des calomnies et des suppositions.

FéminiCités à Nuit Debout

Inès Edel-Garcia

Il y a tout juste un an, FéminiCités découvrait Nuit Debout, mouvement de mobilisation citoyenne né en réaction à la loi Travail. Curieuses, quatre de nos militantes se sont rendues plusieurs fois Place de la République entre avril et juin 2016. L’objectif était se faire une idée du mouvement et plus particulièrement de la commission Féminismes, dans ses configurations mixtes et non-mixtes. Vivre l’expérience Nuit Debout avait un double intérêt pour l’association : interroger les rapports de genre dans l’occupation d’un espace public et dans les mouvements sociaux. Sur place, nous avons rencontré trois militant.e.s qui ont souhaité rester anonymes. Immersion et témoignages.

Lire la suite

Mardi de FéminiCités #2 : 3 ateliers participatifs pour mieux comprendre l’invisibilisation des femmes dans l’espace public

Inès Edel-Garcia

Le 7 février dernier, nous étions une quarantaine, réunis à La Vénus Noire pour un second Mardi de FéminiCités. L’objet de ce rendez-vous ? L’invisibilisation des femmes dans l’espace public car en effet, les espaces publics sont loin d’être neutres du point de vue du genre.

20170207_194749

Lire la suite

Promoteurs, changez vos habitudes !

Léa Delmas et Inès Edel-Garcia

groupe voisin immobilier.jpg

Ca ne vous aura pas échappé : les promoteurs adorent décorer les villes de larges panneaux permettant aux passant.e.s de prévisualiser une future opération d’aménagement. Qu’y voit-on ? Des images de synthèse de belles résidences ensoleillées, arborant d’agréables balcons et des espaces publics végétalisés. Le promoteur cherche à vendre du rêve en montrant une image attirante de son produit et, de leur côté, les client.e.s potentiel.le.s doivent pouvoir se projeter dans ces espaces. Souvent, on y distingue des passant.e.s, des cyclistes, des familles, des séniors, des ami.e.s… Mais pas n’importe lesquel.le.s  Ce sont principalement des couples hétérosexuels qui se tiennent la main, des femmes équipées de poussettes et s’occupant d’enfants en bas âge. Des personnes blanches et valides, de surcroît.

Lire la suite

Conférence « Genre et Urbanisme » Magistram-FéminiCités: quelles conclusions?

15442101_705719822919446_4041096135263612473_n

La conférence « Genre et Urbanisme » organisée par Magistram, avec la participation de FéminiCités, a permis de réunir le soir du 14 décembre, à l’institut de Géographie, une série d’intervenant.e.s pour aborder la question de la place du genre et des études de genre dans la formation des urbanistes. Nous voulons, à travers cet article, rendre compte des interrogations, réflexions et idées qui ont été échangés par les intervenant.e.s.

Lire la suite

Peut-il n’y avoir qu’un seul féminisme ?

Inès Saab

L’examen des transformations, mutations et histoires du féminisme occupe un vaste sujet d’étude, à la fois riche et complexe. Pour saisir les enjeux définitionnels et critériologiques du féminisme, il est nécessaire d’en revenir aux racines de ce mouvement social qu’il tire dans la lutte contre les injustices faites aux femmes et qui s’est donné pour objectif et ambition de transformer la société par l’abolition de rapports sociaux inégalitaires entre femmes et hommes. Le féminisme a une vocation et une démarche dans un premier temps, libératrice (qu’elle soit individuelle et collective) mais aussi redéfinitionnelle puisqu’il s’agit d’interroger les rapports sociaux de sexe et de genre. Afin de saisir de façon assez large ce que l’on entend par féminisme, nous pouvons dire que le féminisme se définit comme un mouvement de lutte-s pour la reconnaissance, l’autodétermination, la participation politique, l’acquisition puis le respect des droits des femmes. Etre féministe relève dans un premier d’une prise de conscience lucide d’un système particulier dominant qui opère une domination, une violence et oppression collective particulière sur les femmes parce qu’elles sont femmes. Cette prise de conscience de cette domination, de cette violence, et oppression peut émerger de par des expériences vécues et subies de manière plus ou moins personnelle, ou observées, constatées. S’il est tout d’abord un exercice de la pensée, le féminisme est aussi un véritable exercice politique et de lutte sociale qui a sa propre puissance et capacité d’agir.

Lire la suite

Mardi de FéminiCités #1 : la non-mixité dans les espaces militants en débat

Lucence Ing et Fanny Helleu

14908244_679749615516467_5499288240014661272_n

Mardi 8 novembre, premier mardi de FéminiCités ! Nous sommes impatientes d’animer ce premier atelier, un apéro-lecture autour du thème de la non-mixité dans les espaces militants. Lorsque nous arrivons devant le bar, une demi-heure avant l’heure de rendez-vous donnée à nos adhérent.e.s, nous voyons tout de suite que la soirée ne va pas se dérouler aussi bien que nous l’avions rêvée : le bar est en effet fermé, le gérant ne répond pas à son téléphone. Gros coup de stress, mais nous trouvons un plan B : une brasserie dans laquelle il y a des fauteuils confortables et des bières pas trop chères.

Lire la suite

“Black is the color of my true art”

Inès Edel-Garcia et Lucence Ing

Samedi 5 novembre 2016, nous sommes allées passer la journée au Havre. Pourquoi ? Pour voir la toute récente exposition “L’autre continent. Artistes, femmes, africaines” qui se tient au Museum d’histoire naturelle. Alors qu’au Musée du Quai Branly s’ouvrait début octobre l’exposition “The Color Line : Les artistes africains-américains et la ségrégation”, le Museum d’histoire naturelle du Havre met quant à lui en lumière le travail de femmes artistes africaines. Si le musée où a lieu l’exposition porte encore en lui une forte connotation néo-coloniale et peut sembler peu adéquat à la présentation d’artistes contemporaines, on ne peut que louer le choix d’un tel sujet d’exposition, encore trop peu exploré aujourd’hui.

Lire la suite