“Black is the color of my true art”

Inès Edel-Garcia et Lucence Ing

Samedi 5 novembre 2016, nous sommes allées passer la journée au Havre. Pourquoi ? Pour voir la toute récente exposition “L’autre continent. Artistes, femmes, africaines” qui se tient au Museum d’histoire naturelle. Alors qu’au Musée du Quai Branly s’ouvrait début octobre l’exposition “The Color Line : Les artistes africains-américains et la ségrégation”, le Museum d’histoire naturelle du Havre met quant à lui en lumière le travail de femmes artistes africaines. Si le musée où a lieu l’exposition porte encore en lui une forte connotation néo-coloniale et peut sembler peu adéquat à la présentation d’artistes contemporaines, on ne peut que louer le choix d’un tel sujet d’exposition, encore trop peu exploré aujourd’hui.

Lire la suite

Transidentités et espaces publics urbains : état des lieux et enjeux de la recherche en sciences humaines

Appel à se lancer dans une véritable collecte de données sur les transidentités : la recherche comme enjeu majeur dans la lutte pour l’émancipation des personnes trans.

boysdontcry1-1600x900-c-default

Milan Bonté

La transidentité est une question peu étudiée dans le champ scientifique. L’invisibilité des personnes trans, dénoncée par les associations de lutte contre la transphobie, ne se limite pas aux médias et concerne aussi le champ de la recherche[1][2]. Ce dernier, largement transphobe jusque très récemment, et toujours profondément binariste, oscille en général entre des questionnements médicaux pathologisants et une dénonciation des oppressions liées au patriarcat… par le prisme binaire du rapport hommes/femmes[3]. Les questions trans sont rarement traitées en dehors de ces grilles de lecture. En géographie, il a fallu attendre les années 1990 pour questionner la prédominance masculine et cisgenre parmi les chercheurs[4], et repenser le rapport du champ de la géographie, et plus largement de l’espace, à celui du genre. Néanmoins, les travaux qui ont découlé de ces réflexions concernent en quasi-totalité le thème des femmes dans la ville, et tout en se targuant pourtant d’intitulés inclusifs : utilisant « genre » plutôt que « femmes », ils ne se réfèrent que très peu, voire pas du tout, aux particularités liées aux transidentités.

Lire la suite

Rencontre avec Adèle et Mathilde, fondatrices d’A nous la nuit !

Léa Delmas

 FéminiCités est partenaire la marche nocturne de réappropriation de l’espace public organisée par l’association A nous la nuit le 2 septembre 2016, avec une arrivée au Point Ephémère (voir ici pour leur campagne de financement participatif). L’association organise aussi divers événements au cours de l’année, comme des apéros-discussions. Nous avons eu envie de rencontrer Adèle et Mathilde, qui en sont les fondatrices, pour parler de féminisme, d’inclusivité, du rapport à l’espace public et de la marche qu’elles organisent avec leur association.

Lire la suite

Loi travail : un projet dangereux pour les salarié.e.s et les droits des femmes et des minorités de genre

Source de l’image : Loi travail, non merci !

Face aux mesures évoquées par le gouvernement dans le cadre du projet de loi travail, et malgré les quelques modifications apportées à la marge, FéminiCités souhaite s’associer au mouvement social qui s’organise depuis quelques semaines pour refuser cette loi qui détruit les acquis sociaux des travailleur.se.s, et heurte particulièrement les droits de celles et ceux que nous défendons en premier lieu. Nous avons notamment pris cette décision suite à l’avis rendu par le Conseil supérieur de l’égalité professionnelle, qui souligne “l’impact négatif” que cette loi aurait sur l’égalité de genre au travail, et au sein de la société en général, si elle était adoptée.

  Lire la suite

Introduction au féminisme de Christine Delphy

Inès Edel-Garcia

A l’occasion de la projection publique du documentaire « Je ne suis pas féministe mais… » le 1er mars dernier, Inès Edel-Garcia revient sur le parcours et les positions résolument féministes de Christine Delphy.

A1gRIZZOsQL._SL1500_.jpg

« Je ne suis pas féministe mais… » Telle est la réplique favorite de nombreuses femmes désireuses d’égalité mais craignant les représailles dues aux stéréotypes associés à l’engagement féministe. Cette expression témoigne en effet de la difficulté quasi-symptomatique qu’ont les femmes à se déclarer féministes, aujourd’hui encore. C’est ce constat que soulignait déjà la sociologue et féministe matérialiste Christine Delphy dans les années 80 sur le plateau d’une émission animée par Simone de Beauvoir[1].

Cette expression a finalement donné son nom au documentaire des soeurs Tissot, consacré à la vie et à l’engagement de Delphy[2]. Un reportage qui espère « donner envie à d’autres femmes d’être féministes », déclare l’une des réalisatrices.

Avec talent et humour, ce 52 minutes jongle entre des entretiens de Christine Delphy dans sa maison dans le Sud, des images d’archives sur le MLF et des clips musicaux de Nina Simone ou encore Lesley Gore, aux paroles hautement significatives. On déroule ainsi naturellement le parcours de Delphy, l’occasion de réinterroger les chevaux de bataille du (des) féminisme(s).

Lire la suite

Transformer la ville pour changer la société : une vision féministe des espaces urbains

Photo : Luc Duffles Aldon

Article de Léa Delmas (co-présidente de FéminiCités), qui donne quelques idées de politiques publiques permettant de repenser la ville pour la rendre plus inclusive envers les femmes, à retrouver sur Urbadaboom, blog autour des questions urbaines initiés par les étudiant.e.s et ancien.ne.s des masters de l’école des affaires urbaines de Sciences Po :

https://urbadaboom.wordpress.com/2016/03/10/transformer-la-ville-pour-changer-la-societe-une-vision-feministe-des-espaces-urbains/#_ftn11